L’identité plurielle de Chan Tep